Infos, Actualités: Arles et Pays d'Arles


Saint-Martin-de-Crau : Une "serre" à cannabis au "Trident"

Un appartement, situé dans la résidence Le Trident, à Saint-Martin-de-Crau, qui sert de "serre" pour la culture du cannabis. 17 pieds et 500 grammes d'herbes y seront notamment retrouvés. 13 000€ pour 720 transactions

C'est souvent à cause de banalités que tombent la plupart des trafics. Un texto maladroit, une rencontre fortuite, des traces laissées sur les réseaux sociaux... Tout s'est joué sur un simple contrôle routier pour celui qui se déroulait à Saint-Martin-de-Crau depuis au moins dix mois. Théo (*) , 19 ans, est en possession de cannabis lorsque les forces de l'ordre procèdent à la fouille de son véhicule. Ce n'est pas tout. Dans ce dernier sera découvert une balance et des ciseaux... Des instruments utilisés par tout bon revendeur de drogue qui se respecte. Les investigations débutent alors.

La première perquisition, qui est effectuée chez les parents du suspect, ne donne rien. C'est finalement après quelques recherches que le pot aux roses sera découvert. Un appartement, situé dans la résidence Le Trident, à Saint-Martin-de-Crau, et qui sert de "serre" pour la culture du cannabis. 17 pieds et 500 grammes d'herbes y seront notamment retrouvés.

13 000€ pour 720 transactions

Théo, le propriétaire, nie être un trafiquant et prétend être un simple hébergeur. L'enquête permet de remonter également jusqu'à Reda (*) qui possède notamment les clés de cet appartement. Les deux compères se renvoient la balle pour déterminer qui des deux était la tête du réseau. "J'étais un gros consommateur, et j'avais de gros problèmes de dette...", commentait hier Théo à la barre du tribunal de Tarascon. "Quand Reda m'a proposé de jouer l'intermédiaire, j'ai accepté et il me fournissait du cannabis gratuitement en échange. "

Reda reconnaît quant à lui avoir participé à l'entretien des cultures, lorsque Théo était absent la semaine à cause de son travail, mais nie en être à l'initiative. Un trafic qui lui aurait permis d'empocher environ 13 000€ pour 720 transactions.

Sommes importantes sur son compte

Pour la procureure de la République, les preuves sont accablantes contre ce dernier et prouvent qu'il est bien à la tête du réseau. Des contacts sur son téléphone affublés de surnoms sont reliés à des sommes d'argent. Des dépôts d'espèces pour des sommes importantes sur son compte bancaire. Des changements réguliers de boîtiers de téléphone... "Moi je ne faisais que récupérer ces sommes d'argent, je les remettais ensuite à Théo", explique-t-il.

"Quoi qu'il en soit, on ne peut pas dire que ce soit la loyauté qui vous caractérise", résumera la procureure, tout en s'adressant aux deux trafiquants, qui devront finalement purger la même peine concernant les faits qui leur étaient reprochés. À savoir 12 mois de prison avec sursis assorti d'une mise à l'épreuve pendant deux ans.

 

* Les prénoms ont été modifiés.

Source: La Provence

Campagne de dératisation à partir du 6 Novembre à Arles

La prochaine campagne de dératisation de la commune d’Arles débutera le lundi 6 novembre 2017 pour une durée de deux semaines environ. 

Cette campagne concerne le traitement du domaine public.

Les lieux publics qui paraissent particulièrement infestés peuvent être signalés en téléphonant au 04 90 49 35 00. 

Par ailleurs, pour aider les particuliers à dératiser leur propriété ou leur logement, le Service Communal d'Hygiène et de Santé met à leur disposition des appâts raticides, à retirer au 12, boulevard Émile-Zola, tous les mercredis de 9 heures à 12 heures.

Source: Ville d'Arles et Arles Infos

La péniche SOLEO remise à flots avec le soutien des équipes du Port d ’Arles

Le 8 mai dernier, la péniche SOLEO coulait à Arles. Plusieurs tentatives de

renflouement avaient échoué. Mais le 13 octobre dernier, l’opération a été

couronnée de succès grâce aux équipements du Port d’Arles et aux compétences de

son équipe.

Cette manoeuvre délicate a été pilotée par Monsieur Guillou, du cabinet d’experts Cléments &

Associés agissant pour le compte des assureurs de l’armateur.

La péniche a d’abord été redressée au maximum sur place, quai Marx Dormoy, au moyen de

ballons installés par des plongeurs de la société CERES.

Le 12 octobre après-midi, la proue du bateau étant toujours sous la surface de l’eau, un

remorquage a été effectué jusqu’au Port d’Arles Nord, équipement géré par la CCI du Pays

d’Arles, grâce à la dextérité du pilote du pousseur, Monsieur Berthinier.

Le 13 octobre, avec une grue portuaire de 40 tonnes de capacité, la proue du SOLEO a pu

être suffisamment relevée pour que le pompage des cales puisse être efficace.

De manière à accélérer cette phase, les équipes du Port d’Arles ont pu ajouter au dispositif

embarqué une grosse pompe électrique immergée de 120 m3

 

par heure grâce à une seconde

 

grue.

Une fois la planéité de la péniche rétablie, celle-ci a pu être conduite au slipway de Barriol,

sur lequel elle a été hissée à sec le soir-même grâce à la réactivité des équipes de la SACHA

(Société Anonyme de la Cale de Halage d’Arles).

Stéphane Paglia, Président de la CCI du Pays d’Arles, et Stéphane Hédouin, Vice-Président

délégué au Port d’Arles, se réjouissent de ce succès qui démontre une fois de plus l’efficacité

des équipes du Port d’Arles, dirigé par Benoît Ponchon, et la qualité de ses équipements.

 

Source: CCI Arles

Huile d'olives: Belle récolte annoncée pour l'AOP Vallée des Baux

Dans l'AOP Vallée des Baux, la production devrait atteindre 500 tonnes d'huile cette année

Jean-Pierre Lombrage, président du syndicat interprofessionnel huile et olives AOP de la vallée des Baux doit commencer les dégustations cette semaine. Mais la qualité est prometteuse et la quantité devrait être bien meilleure que l'an dernier.

Bien sûr, la récolte ne fait que commencer, et il ne faut pas vendre la peau de l'ours... Mais si le temps se maintient, sans trop d'orages, les oléiculteurs pourront récolter cette année un tonnage bien supérieur aux trois dernières années. Selon Jean-Pierre Lombrage, président du syndicat interprofessionnel huile et olives AOP de la Vallée des Baux, la récole s'annonce sous les meilleurs auspices. "Ces dix dernières années, on faisait en moyenne autour de 400 tonnes d'huile. Cette année on peut s'attendre à une production avoisinant les 500 tonnes en AOC".

L'état sanitaire des fruits qui sont arrivés à maturité avec trois semaines d'avance est en effet excellent, et les olives donneront normalement une huile de très bonne qualité. Les premières dégustations, pour la mise en marché des huiles qui auront lieu dès la semaine prochaine au siège du syndicat interprofessionnel, devront le confirmer. Mais Jean-Pierre Lombrage est d'ores et déjà confiant.

Toutefois, la productivité des oliviers est différente selon les vergers : très bonne dans les 25 % de vergers irrigués, plus variable dans les autres. Les arbres qui ne sont pas arrosés ont souffert de la sécheresse. "Les plantations de 10 à 15 ans non irriguées ont eu du mal à supporter la chaleur estivale. Les arbres recépés, qui sont repartis des pieds après le gel de 1956, ont un enracinement plus important et s'en tirent mieux. Même si l'olivier est fait pour résister à des températures élevées, c'est un arbre qui se purge seul. S'il a soif, il fait tomber une partie de ses fruits et se met en attente".

Songer à l'irrigation

Le réchauffement climatique qui se confirme devrait inciter les oléiculteurs à envisager d'investir dans des systèmes d'irrigation, d'autant que la région ne manque pas de ressources : le canal des Alpilles, le canal des alpines, le Vigueirat. "Il y a dix ans, on avait envisagé un projet avec la CNR, mais il s'est trouvé peu de producteurs à vouloir dépenser 1500€ par hectare. Pourtant je pense que l'investissement peut devenir vite rentable".

La donne pourrait en effet changer car les prix d'achat sont plus attractifs cette année : plus 10 centimes, soit autour de 1,80€ du kilo pour l'olive à huile. Selon Jean-Pierre Lombrage cette hausse ne devrait pas être répercutée sur le prix de vente au consommateur, la quantité étant au rendez-vous.

Cette année 2017 est aussi celle de la révision de l'aire d'appellation, qui devrait gagner entre 100 et 120 ha. "Cette mesure permettra à certains moulins de quitter les centres des villages pour s'installer dans les zones artisanales, comme l'a fait la coopérative oléicole de Maussane. Le moulin du Calenquet situé à Saint-Rémy va ainsi pouvoir rentrer dans l'aire d'appellation". Soit un treizième moulin dans l'AOP Vallée des Baux.

 

Source: La Provence

Arles , Trinquetaille, travaux sur la route de St-Gilles

Des travaux ont démarré ce lundi sur l'ancienne route de St-Gilles à Trinquetaille. Ils consisteront notamment à réaliser des trottoirs et des places de stationnements aux abords de la maison de retraite Tournesols.
Ils vont se scinder en deux tranches et auront pour principale mission de rendre plus accessible les abords de l'école, de la maison de retraite Tournesols. Le chantier a justement démarré devant l'école St-Etienne.

Pendant la durée des vacances de la Toussaint, et pour ne pas gêner le fonctionnement de l'école, il va s'agir d'abors de supprimer les végétaux puis aménager le terrain pour mettre en place trois candélabres (le mercredi après-midi de la rentrée des élèves). Les aménagements, chapeautés par Nicolas Koukas, élu au quartier et adjoint aux travaux de la Ville, vont s'accompagner de la création de stationnements : notamment 15 places pour les véhicules légers et une pour les personnes à mobilité réduite (TPMR). L'enrobé sera réalisé en février ou à Pâques, selon les températures.

Parallèlement, pendant un mois, et également depuis hier ont attaqué des travaux de réseaux préparatoires à la tranche 2 visant à positionner des candélabres entre Les Tournesols et le pont RN 113, le long de l'ancienne route de St Gilles (en 2018).

 

Source : La Provence

Casting figurants à Arles

Pour long-métrage avec Guillaume Canet et Juliette Binoche  cherche figurant de 18 à 75 ans à  Arles

Pour le tournage du long-métrage "E book", réalisé par Olivier Assayas, avec Juliette Binoche et Guillaume Canet dans les rôle principaux, directrice de casting recherche les profils suivants :

 

Pour ce cette comédie, le réalisateur s'offre un casting de choix : Juliette Binoche, Guillaume Canet, Vincent Macaigne, Christa Theret et Pascal Gregory incarneront les personnages principaux d'E-book.

 

Pour la figuration :

 

- des hommes et des femmes âgés entre 18 et 75 ans afin de figurer clients hôtel chic, branchés / il est indispensable d’avoir une garde robe chic

 

- des lecteurs lors d’une conférence dans une librairie, hommes et femmes entre 18 et 75 ans

 

Rémunération 105 € brut

 

Tournage les 23 et/ou 24 novembre 2017 à Arles . Il est indispensable d’être libre toute la journée.

 

Pour faire des silhouettes :

 

- Un intervenant lors d’une rencontre dans une libraire, un homme ou une femme 30/60 ans (pas de réplique) - Rémunération 150 € brut

 

- un photographe avec son matériel - Rémunération 150 € brut + indemnité matériel.

 

- quelqu’un dont le métier est de faire de la captation vidéo et qui a le matériel - Rémunération 150 € brut + indemnité matériel.

 

Si vous êtes disponible, que vous correspondez et que vous HABITEZ ARLES OU SES ENVIRONS, merci d’envoyer les éléments suivants à l'adresse : ebook.casting@gmail.com 

 

- photo portrait récente

 

- noté sur la même ligne, vos noms - prénoms - âge - hauteur - téléphone - mail

 

- si vous postulez pour le rôle ou silhouette, votre cv de comédien et lien vers une bande démo si vous avez .

 

Mentionnez : SILHOUETTE ARLES ou PHOTOGRAPHE ARLES ou CAPTATION VIDEO ARLES ou FIGU ARLES (hôtel ou librairie)

Un exhibitionniste à Moulès, Maussane et Mouriès

Il s'en prenait à des jeunes filles. Un homme d'une quarantaine d'années avec une voiture rouge et un chien blanc, qui sort son sexe devant des jeunes filles mineures.
Le scénario s'est répété au moins six fois entre avril et octobre 2017, essentiellement à Moulès, mais aussi à Maussane-les-Alpilles et Mouriès. Les gendarmes ont identifié un certain Cyril, un cuisinier de 43 ans, déjà condamné deux fois pour exhibition sexuelle par le passé.


Les victimes, âgées de 10 à 15 ans - à l'exception de deux, majeures - étaient importunées alors qu'elles rentraient de l'école ou à la sortie des bus scolaires. Posé près de sa voiture, l'homme sortait son sexe par la braguette, se masturbait et avançait vers elles. Il restait toujours muet à l'exception d'une fois où il aurait lancé à une jeune fille : "Viens, on va s'amuser".

Il a été condamné cet après-midi par le tribunal correctionnel de Tarascon à six mois de bracelet électronique avec obligation de subir un examen psychiatrique et de suivre des soins. En cas de non-respect de ces mesures, Cyril ira automatiquement en prison pour un an. Par ailleurs, il devra verser 1 000€€ à chacune des victimes en réparation du préjudice moral occasionné par ses actes.

 

Source: La Provence

.

Procamex , de nouveaux débouchés à Arles

L'association Procamex, qui émane de la CCI a présenté la semaine dernière les résultats de l'année écoulée. Dix entreprises du pays d'Arles ont été accompagnées sur les voies délicates de l'export. En présence notamment du premier vice-président de la communauté d'agglomération ACCM David Grzyb, du président de la CCI Stéphane Paglia et du sous-préfet Michel Chpilevsky, qui a salué la vitalité économique du territoire, affirmant qu'elles participaient au rayonnement de ce dernier.

Depuis sa création voilà une trentaine d'années, le dispositif Procamex a accompagné 189 entreprises du Pays d'Arles à l'international. "Il s'agit souvent de primo exportateurs, explique Jérôme Albigès, un des responsables du dispositif avec Jean-François Cauvi. Ce sont donc souvent des entreprises plutôt jeunes, qui ont un nouveau produit qui pourrait marcher à l'étranger."

Des dispositifs animés par des étudiants consultants

Ces structures peuvent se diriger vers deux dispositifs différents : "5 à 7 entreprises à l'international", qui consiste à aider un primo exportateur à chercher des marchés à l'étranger après avoir réalisé un diagnostic de l'entreprise en question, pour estimer ses forces et ses faiblesses. "Horizon Export" s'adresse à des entreprises ayant déjà une expérience à l'international et qui veulent trouver de nouveaux débouchés dans un pays ciblé par la CCI, l'Italie cette année en l'occurrence.

La particularité de ces dispositifs, c'est qu'ils sont animés par des étudiants consultants. Comme, Guillaume Dupé et Maxime Coudeyras qui se sont chargés, dans le cadre de "5 à 7" de conseiller chacun trois entreprises, et de chercher des débouchés potentiels au nord de l'Europe. Awa, italienne qui étudie en France et qui a aidé quatre entreprises du pays d'Arles à décrocher des contrats dans son pays d'origine dans le cadre d'Horizon Export. Où elle s'est rendue plusieurs fois dans le cadre de sa mission. "C'est la première fois que je fais un stage de ce type, et c'est très riche, il faut être très organisé !" Elle s'est rendue dans le Piémont, le Frioul, le Latium, la Campanie... et elle a obtenu des résultats ! "L'entreprise de bornes anti-moustiques Qista, par exemple, a trouvé des débouchés dans plusieurs régions du nord de l'Italie." 80 % des étudiants passés par ces stages trouvent du travail dans les six mois qui suivent.

Octobre Rose à Arles

Manifestation nationale de sensibilisation à la lutte contre le cancer du sein. De nombreux événements sont organisés à Arles avec la Ligue contre le cancer. Programme et interview avec Sylvie Galifer sur Radio RPA.

Jeudi 5:    de 14h à 17h stand à la clinique Jeanne d’Arc, sensibilisation au dépistage organisé du cancer du sein

 

Mardi 10       Régie de quartier Regards

 

Samedi 7 :    Initiation à la marche nordique : ouvert à tous même les hommes.

                     Collation offerte par le service santé de la ville

        

Samedi 28:   14h30 Café lecture le Lisbeth place wilson

                     Anna Elle Prado auteur du livre autobiographique « l’équilibre des choses » livrera son témoignage sur les deux évènements les plus marquants de sa vie : un voyage autour du monde en solo et sa bataille contre la maladie à l’âge de 26 ans…
Une histoire bouleversante racontée avec la plus grande sincérité : un livre thérapeutique qui fait du bien

        

         Partenaires

Ø Les créateurs du citron à paillettes 9 rue Reattu proposeront une vitrine rose arboreront le  badge «Je me Ligue »  durant tout le mois d’octobre, distribution de bracelet rose et brochure pour sensibilité les femmes au dépistage.   

         La Rose à poids a crée un chapeau  qui sera proposé en vente à la Ligue contre le cancer       50% des     ventes seront reversés

 

 

Ø Folies de Provence

         Equipe est 100% féminine, les Folies de Provence, qui ont  à cœur de se mobiliser pour     OCTOBRE ROSE, 4 magasins, Arles (place de la république, Aix en Provence, St Rémy et         Moustier) 1% reversé sur chaque peluche diffuseur de lavande en magasin et sur le site internet          www.foliesdeprovence.com

         Badge « Je me Ligue » et bracelet, brochure offerts aux femmes pour les sensibiliser


Ambiance houleuse au conseil municipal d'Arles

Une manifestation a failli entraîner le report de la séance. Une délégation d'une trentaine d'ambulanciers et d'infirmiers soutenus par la CGT, FO et Sud souhaitait interpeller les élus sur le malaise qui touche actuellement le service des urgences ainsi que leur service en grève depuis lundi, a savoir la suppression de cinq postes de conducteurs ambulanciers du SMUR au profit des sapeurs pompiers.

Agression à la station des Cantarelles à Arles

Les agresseurs allaient acheter des cigarettes aux Cantarelles, samedi soir, lorsqu’ils ont croisé par hasard la victime. Le ton est monté, avant que les coups pleuvent. Ils ont été jugés hier pour avoir frappé et dépouillé la victime

Les auteurs de l'agression perpétrée samedi soir à la station-service des Cantarelles ont été condamnés à de la prison ferme hier après-midi par le tribunal correctionnel de Tarascon. D'après la vidéosurveillance et le témoignage d'un employé de la station-service, c'est la victime qui aurait porté le premier coup avant de partir en courant. Rattrapée, elle a été molestée, laissée inconsciente au sol et dépouillée de ses effets personnels qui se trouvaient sur elle et dans sa voiture. La police a très rapidement identifié le véhicule des suspects, qui ont tenté de se débarrasser du butin avant d'être interpellés.

 

Ils voulaient se venger d'une précédente agression

Hier, les deux hommes ont reconnu les faits devant le juge, expliquant avoir agi pour se venger d'une précédente agression. "Une semaine plus tôt j'étais allé voir une escort girl dans un hôtel. Ça s'est mal passé et j'ai été roué de coups et dépouillé par plusieurs personnes" raconte Houcine, 24 ans. Le soir des faits, il explique avoir reconnu le maquereau de la prostituée à la station-service des Cantarelles. "Je lui ai demandé de me rendre mes affaires et le ton est monté, poursuit le prévenu. Il a mis un coup de poing avant de partir en courant. Avec Florian (son complice, NDLR), on l'a rattrapé et il y a eu un échange de coups. Puis j'ai pris la clé de sa voiture, dans laquelle j'ai pris sa sacoche. J'ai voulu lui rendre la monnaie de sa pièce." De son côté, Florian reconnaît avoir mis "deux ou trois coups" et nie sa participation au vol.

Mais pour le parquet, il s'agit bien d'une "action collective, de l'agression jusqu'au moment où les prévenus se débarrassent des objets volés. La victime n'a eu aucun geste agressif, et a été laissée inconsciente sur place. Les conséquences auraient pu être dramatiques".

2 ans et trois mois de prison ferme sont requis contre Houcine, dont le casier porte déjà 16 mentions. 10 mois ferme sont demandés à l'encontre de Florian.

 

4 mois et 10 mois de prison ferme

Guillaume de Palma, avocat d'Houcine, pointe du doigt le comportement de la victime qui a mis "le premier coup de poing" et qui "se présente à la justice comme un SDF alors qu'elle vit à l'hôtel et roule dans une Mercedes qui doit valoir entre 50 000 € et 60 000 €."

Elsa Bruey, avocate de Florian, fait valoir que "l'infraction de vol n'est pas constituée" en ce qui concerne son client. Elle insiste par ailleurs sur le fait que Florian, 23 ans, "n'a plus eu affaire à la justice depuis une erreur de jeunesse datant de 2012".

Me Bruey obtiendra la relaxe sur le vol. Florian est condamné à 4 mois de prison ferme, uniquement pour les violences. Houcine écope quant à lui de 10 mois, plus 3 mois de révocation d'une précédente peine avec sursis.

 

Source: La Provence (Romain Fauvet)

La Croix bleue vise la guérison des personnes dépendantes à l'alcool

L'alcoolisme est une maladie. Et comme toute maladie, elle génère une véritable souffrance. Mais ce n'est pas une fatalité. Elle peut être guérie.

L'alcoolisme est une maladie. Et comme toute maladie, elle génère une véritable souffrance. Mais ce n'est pas une fatalité. Elle peut être guérie. Fermement convaincue de cela, la Châteaurenardaise Chantal Ginoux s'est engagée, voici quelques années, au sein de la Croix bleue, dans la lutte contre cette maladie. Un fléau pour qui est atteint, mais aussi pour les proches.

D'abord membre actif de l'antenne locale de la section d'Arles, elle est aujourd'hui présidente régionale Sud-Est et responsable administratif du siège de la Croix Bleue à Paris, depuis avril dernier. Cette association loi 1901, reconnue d'utilité publique depuis 1922, se veut ouverte à tous, sans distinction, pour venir en aide aux personnes en difficulté avec l'alcool et autres addictions.

Vers la guérison

"Nous refusons la fatalité du qui a bu, boira. La Croix bleue vise sans détour la guérison des buveurs excessifs et des personnes dépendantes de l'alcool. Cela passe par une démarche volontaire, personnelle, libre mais assistée dans le cadre d'une action collective et engagée de militants bénévoles ayant pour la plupart eux-mêmes expérimenté l'efficacité de la méthode", explique-t-elle.

Et de préciser que cette méthode est basée sur un accompagnement dont la spécificité consiste en un engagement d'abstinence de boissons alcooliques. Cette démarche s'effectue dans le cadre de plusieurs structures complémentaires, sections locales, groupes régionaux, centres de postcure, maison d'accueil.

"Le but de la Croix bleue n'est pas de prôner l'abstinence comme règle de vie, mais de favoriser par ce moyen l'accès de l'ancien buveur à un mode de vie plus stable", précise Jean-Paul Bourouliou, président de la section d'Arles-Châteaurenard, qui lui a succédé à poste et qui tient des permanences hebdomadaires et anime des réunions à la Maison des associations.

Un nouveau projet de vie

L'accompagnement du buveur par un non-buveur, obligatoirement un membre actif de l'association, jusqu'à la concrétisation d'un nouveau projet de vie susceptible de modifier profondément les conditions d'existence de l'ancien alcoolique, dont certaines ont pu se dégrader à l'extrême.

"L'alcool est responsable de nombreux décès sur la route. Et d'environ 11 167 décès annuels par cirrhose et psychose alcoolique," poursuit Chantal. L'action de la Croix Bleue concerne 10 000 personnes par an. Dont 52 % tiennent leur engagement d'abstinence sans le secours d'une cure. Avec, à la clef, la guérison physique, psychologique et la réinsertion sociale et aussi la mise en place d'un projet de vie, après consolidation.

Les réunions se déroulent un vendredi sur deux de 20 h à 23 h en alternance avec l'école Léon-Blum à Arles. La prochaine à la maison des associations a lieu ce vendredi. Les permanences se déroulent tous les mercredis de 14 h à 17 h à la maison des services.

Les 12 et 13 mai 2018, la Croix Bleue tiendra son 51e congrès à la salle de l'Étoile. Toutes les sections de France et internationales – 400 personnes environ - y seront accueillies. Au menu aussi, des repas et deux soirées conviviales. Le samedi avec musique ambiance gitane. Le dimanche, avec groupes folkloriques et gardians. "Nous comptons inviter le ou la ministre de la Santé. Et faire participer les commerçants de la ville."

 

Source: La Provence

Objectif atteint pour Kamel après 2000 km à vélo

OM - Toulouse, dimanche soir, au stade Vélodrome. Kamel prend la balle dans le rond central, traverse la moitié du terrain et trompe le gardien adverse d'un puissant plat du pied. Le stade exulte, et Kamel explose de joie jusqu'à en pleurer. Laurent Paganelli, l'emblématique "intervieweur" de Canal plus, recueille immédiatement sa réaction. Pourtant, Kamel n'est pas un joueur de l'OM. C'est un simple supporter arlésien du club marseillais. Pas si simple, en fait. Plutôt hors du commun.

Le 11 septembre dernier cet habitant de Barriol quittait son domicile en vélo à 6 heures du matin direction... Amiens. Le défi de Kamel est de rejoindre la ville picarde où l'OM doit jouer le samedi suivant. Il y parviendra au prix de 9 à 12 heures de vélo par jour. À chacune des cinq étapes (Valence, Montceau, Montbard, Troyes puis Reims) des supporters de Marseille qui avaient suivi ses exploits sur la toile l'ont hébergé. "Arrivé à Amiens, j'ai été accueilli à l'hôtel où résidait l'équipe, raconte Kamel. J'ai pu discuter avec le coach et plusieurs joueurs. Adil Rami m'a même donné son maillot". L'Arlésien, qui a pris goût au vélo il y a 4 mois à peine, a repris la route pour Arles le lendemain du match. "Le retour a été dur : ça a commencé avec un orage, puis je suis tombé, j'ai crevé, j'ai dû faire 20 kilomètres à pied entre Lyon et Montélimar..." explique le supporter, qui a filmé chaque étape de son périple de 2 000 km qui, par moments, a pris des allures de calvaire. Mais à l'écouter, le jeu en valait la chandelle. D'abord parce qu'il a eu droit à un accueil particulièrement festif à son arrivée à Arles samedi. Ensuite et surtout parce que l'OM lui a proposé de donner le coup d'envoi fictif du match face à Toulouse, dimanche soir. Le trajet Barriol - le Vélodrome ? À vélo, bien sûr.

"J'ai tout de suite glissé à l'arbitre que mon rêve c'était de marquer un but dans ce stade" rapporte Kamel. Qui sans attendre la réponse de l'homme au sifflet s'est élancé vers le but toulousain. "J'étais aussi content que si j'avais marqué en finale de la coupe d'Europe !, savoure-t-il. C'était le plus beau jour de ma vie après la naissance de ma fille !" Kamel est d'autant plus ému que la médiatisation de ses exploits a permis, à travers une cagnotte lancée sur le web, de récolter près de 2 500€ pour les enfants handicapés. "Mon but est de réaliser leur rêve, comme aller voir un match de l'OM, ou nager avec les dauphins etc..." Des moments qu'il immortalisera, comme d'habitude, sur sa page facebook "Kamel Zar".

Don de Sang à Arles

Rendez-vous le mercredi 27 septembre de 14h30 à 19h à la salle des fêtes d'Arles.

Si vous avez entre 18 et 70 ans, avant de vous rendre dans un lieu de collectes, cliquez sur le lien pour répondre au questions et savoir si vous êtes éligible au don de sang.
Cliquez sur le lien :   https://dondesang.efs.sante.fr/test-aptitude-au-don

Les 10 km d'Arles Dimanche 29 octobre 2017

Un événement à vivre en direct sur Radio RPA

Pour chaque inscription, 1€ sera reversé à l'association des calendriers des petits Fouque au profit des enfants malades.

 

Départs des courses enfants gratuites à partir de 9h.
Départ du 10km à 10h sur le boulevard des Lices.
Inscription: 12€

 

Renseignements au 06 13 42 54 70  ou les10kmdarles@gmail.com

Inscriptions ouvertes sur Nikrome dont voici le lien : http://www.nikrome.com/inscriptions.php

LA Dance Project à la grande halle d'Arles

Vendredi 22 et samedi 23 septembre à partir de 20h30. Deux rendez-vous avec les danseurs de Benjamin Millepied.

Chaque soir trois séquences:
Closer: chorégraphie de Benjamin Millepied de 16mn, musique de Philip Glass, première à New York en 2006.

Second Cartet: chorégraphie de Noël Soulier de 28mn, présentée pour la première fois à Arles.

On the other Side: chorégraphie de Benjamin Millepied de 43mn, musique de Philip Glass.

Plus d'infos sur  www.luma-arles.org

Fin de la grève des postiers du Pays d'Arles

La grève entamée lundi dernier s'est achevée ce samedi matin.

Après quatre jours de mobilisation (de 75 à 95 % de grévistes selon les syndicats, un chiffre atténué par La Poste) et de négociations, un accord aurait été trouvé avec la direction de La Poste. "Elle a répondu en partie aux revendications portées par la CGT", confie le délégué de l'établissement d'Arles. Les bureaux d'Arles, de Maussane-les-Alpilles, de Châteaurenard, de Saint-Rémy-de-Provence et de Noves étaient concernés. La distribution normale du courrier devrait être effective aujourd'hui.

 

Les syndicats dénonçaient la flexibilité affichée par le nouveau directeur depuis son arrivée, Marcel Castellani, notamment sur le fini-parti et la pause méridienne. "Après consultation du personnel des différents bureaux, ces derniers ont voté la reprise symbolique du travail, explique Alexandre Leclerc. Nous resterons vigilants sur le respect et l'application des engagements avancés par la direction".
Source: La Provence Arles

Arles - Facteurs en grève

Les revendications portent sur les conditions de travail. La fin du fini parti et la mise en place de la nouvelle pause déjeuner de 45 minutes le midi non comptée dans le temps de travail.

Des négociations ont été engagées avec le nouveau directeur qui se sont poursuivies hier après midi. Selon la CGT qui revendique 90% de grévistes à Arles, aucune avancée n'a été obtenue. Le syndicat a donc décidé de maintenir le mouvement de grève aujourd’hui. 

Arles : la "Rentrée en images" inaugurée par la ministre arlésienne

La ministre arlésienne Françoise Nyssen a inauguré la "Rentrée en images" des Rencontres photo

Alors, vous pensez que c'est important d'apprendre à regarder les photos ?" Hier matin, à l'ancien collège Mistral, la ministre de la Culture Françoise Nyssen n'a pas hésité à tester les élèves participant aux ateliers de la "Rentrée en images" des Rencontres. "Oui, parce que ça nous donne de l'inspiration, de l'imagination, et ça peut aussi nous aider pour notre culture de tous les jours et pour nos examens", ont répondu deux lycéennes. De quoi donner le sourire à la ministre. Car voilà bien l'objectif qu'elle poursuit, avec son homologue de l'Éducation nationale (absent et excusé hier) Jean-Michel Blanquer. "Nous devions être ensemble dans cette complicité que nous partageons depuis notre prise de fonction, pour soutenir la culture à l'école, pour une école nourrie par la culture", a rappelé Françoise Nyssen. Sa visite pour la "Rentrée en images", exemplaire de ce point de vue là, apparaît comme logique, surtout que l'Arlésienne connaît très bien le dispositif et les personnes qui le font fonctionner.

Plus de 10 000 élèves accueillis

Un dispositif apprécié par les élèves, séduits par une approche ludique de l'image, et par leurs professeurs. "Je suis ravie de cette ouverture culturelle, les élèves apprennent à décrypter une photo. C'est important avec la profusion d'images aujourd'hui", soulignait Elisabeth Donnadey, professeur d'histoire-géographie au collège Ampère. Les établissements scolaires étant fermés pendant l'été, "ce mois de septembre est le seul moment où nous pouvons nous adresser à cette communauté qui nous tient à coeur, les plus jeunes, auprès desquels nous pensons que nous avons un rôle à jouer dans la question cruciale aujourd'hui de l'apprentissage de la lecture à l'image", a indiqué Sam Stourdzé, le directeur des Rencontres d'Arles. Pour la 14e édition de la manifestation, près de 300 classes et plus de 10 000 élèves de six académies seront accueillis par les médiateurs du festival photo. "La question de l'éducation à l'image constitue un des grands enjeux du XXIe siècle. La jeune génération ne passe presque plus par des messages écrits, a-t-il ajouté. À nous d'enrichir leur culture générale et de leur donner un certain nombre d'armes dans leur vie quotidienne." Christian Estrosi, président délégué de la Région Paca en charge de la culture (LR), présent pour la signature de la convention triennale d'éducation artistique et culturelle (EAC) entre l'État et le conseil Régional, s'est placé sur la même ligne que Sam Stourdzé, et surtout que Françoise Nyssen. "Voilà très longtemps que je rêve pour mon pays que nous ayons une politique qui entre le ministère de l'Éducation nationale et le ministère de la Culture avance d'un même pas, une politique qui comprenne la place qui peut être celle de la Culture à l'intérieur de l'Éducation nationale, a confié le maire de Nice. Aujourd'hui, avec vous et Jean-Michel Blanquer, nous l'avons. Je salue le président de la République qui a fait ce choix, qui permettra à notre pays de lutter contre tous les extrémismes et les formes d'obscurantisme, de mieux éclairer l'esprit de notre jeunesse."

L'éducation culturelle comme fil rouge 

La culture en facteur de cohésion, mais aussi les passerelles ouvertes entre deux domaines complémentaires, voilà qui aurait sans doute plu au ministre de l'Éducation nationale, dont le message a été lu par le recteur d'académie d'Aix-Marseille Bernard Beignier. "Vous avez donné à Arles tout son sens entre le lien organique qui doit exister entre l'école et la culture. La "Rentrée en images" donne aux 10 000 élèves qui y participent cette curiosité et ce regard critique si nécessaire", a estimé Jean-Michel Blanquer. "Le développement de l'éducation artistique et culturelle est une priorité de ce gouvernement, a complété Françoise Nyssen.Et l'école est la voie la plus universelle pour nourrir l'accès à la culture de tous les citoyens !Reste, après avoir posé les bases, à révolutionner les pratiques, à généraliser l'éducation culturelle comme un fil rouge, de la maternelle au lycée. "La culture n'est pas un supplément d'âme, elle est intrinsèque et nécessaire au développement de l'enfant", a conclu la ministre.


 

La présence de la ministre de la Culture, de six recteurs et d'autres services de l'État (Préfecture, Drac) a été l'occasion de signer une convention triennale, inédite, d'éducation artistique et culturelle entre l'État et le Conseil régional. "L'État ne peut pas tout faire. Nous serons tellement plus forts ensemble, en additionnant nos moyens", a lancé Christian Estrosi, qui a rappelé que la Région avait porté de 53 à 57 millions d'euros son budget pour la culture en 2017, alors que 5,2 millions sont consacrés à l'éducation et à la jeunesse.

À noter qu'Arles fait aussi partie des précurseurs dans ce domaine. Une convention entre la Ville, l'Éducation nationale et la Drac existe depuis 2009 et permet chaque année à tous les élèves d'accéder a minima à un équipement culturel et à une discipline artistique.


Marseille s'invite à Arles

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a été interpellée hier matin par une Marseillaise venue défendre le site archéologique de la Corderie, où une carrière grecque du Ve siècle avant J.-C. a été mise au jour lors de la construction d'un vaste îlot de logements. "Toute une zone sera préservée (635 m², Ndlr), avec un accès libre pour que ce site puisse être visité par l'ensemble des élèves de Marseille", a répondu la ministre.


D'Arles en Tunisie, les bonnes recettes d'Initiative Pays d'Arles (sam., 18 nov. 2017)
 La plateforme Initiative Pays d’Arles est performante (1240 emplois créés ou maintenus depuis sa création en 1998, 835 entreprises financées) et son modèle s’exporte, pour la première fois, cette année. L’équipe présidée par...
>> Lire la suite

Port-Saint-Louis : le bar était un supermarché de la drogue (sam., 18 nov. 2017)
Des stocks, des commandes, des livraisons, des employés, une comptabilité... Entre mars 2015 et janvier 2017, le bar Le Sitha à Port-Saint-Luis du Rhône avait des allures de supermarché. Un supermarché de la drogue, devant lequel les clients...
>> Lire la suite

Arles : une nouvelle gare TGV en 2019 entre Manduel et Redessan (ven., 17 nov. 2017)
Les premiers travaux préparatoires, qui consistaient à débroussailler, créer des accès pour les camions, et protéger les arbres à mettre en valeur et à intégrer au projet, ont eu lieu entre août et septembre. Et maintenant, le vrai...
>> Lire la suite

Pays d'Arles : Olivier, le nouveau visage pour l'emploi des handicapés (ven., 17 nov. 2017)
On l'avoue. À Châteaurenard, on a découvert avec quelque fierté qu'un enfant de la cité des tours avait été choisi pour être ambassadeur de la SEEPH (Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées), dont la 20e édition,...
>> Lire la suite